Scroll to top

Le Jeûne en randonnée


No comments

Pratiquer le jeûne en randonnée, ce qu’il faut savoir.

Combiner la pratique du jeûne avec la randonnée, une activité très appréciée de nos voisins allemands, et ce, depuis les années 70. C’est à partir des années 90 que les Français ont commencé à s’y intéresser. Aujourd’hui, on dénombre beaucoup d’adeptes à travers l’Hexagone et de nombreux professionnels se sont lancés, en indépendants, et au sein d’organisations et de fédérations. Que faut-il savoir avec de s’y lancer ? Afin de vous renseigner au mieux nous vous conseillons quelques sites et articles, tels que le site de la fédération francophone FFJR , le témoignage de Blandine dans le Parisien,  ou encore l’article « Le Jeûne et randonnée » publié dans le magazine Kaizen. Place à présent à nos petits conseils.

 

1. Se renseigner sur l’organisme

Pour pratiquer un jeûne en randonnée, il est nécessaire de trouver un organisme ou un centre compétent. En tapant « jeûne » et « randonnée » sur Google, ce sont plus de 15 000 résultats qui s’afficheront sur votre écran. Dans les tout premiers résultats (hors annonces payantes) vous retrouverez le site de la Fédération Francophone du Jeûne et Randonnée, que nous vous avons recommandé en intro. En France, nous comptons une centaine d’organisateurs de stages, dont 75 sont affiliés à la FFJR. Être membre de cette fédération signifie que ces centres remplissent un cahier des charges strict. Les membres affiliés ont en effet tous suivi une formation en naturopathie, ont obtenu un certificat d’aptitude à la randonnée et un brevet de secourisme. Vérifier dans la description du lieu qu’il y ait bien la mention « agréé FFJR ».

 

2. S’informer sur la préparation

Dans le cadre d’une randonnée d’une semaine, il faut bien entendu préparer ses pieds – voir notre article « bien préparer ses pieds pour un trek ». Combiner avec un jeûne, il faudra également penser à préparer son estomac. Pour cela nous vous conseillons de faire ce que l’on appelle « une descente alimentaire ». Cela consiste, une semaine avant le départ, à manger moins et à supprimer progressivement certains aliments. Ainsi, chaque jour il faudra enlever une famille de produits ; les protéines animales dans un premier temps puis les céréales, féculents, légumes et finir par les fruits.  Certains recommandent de conserver les légumes mais sous forme liquide. Pour un programme complet de descente alimentaire, vous pouvez vous référer aux indications de l’article du Chou Brave.

 

3. Vivre cette expérience pleinement

Cure, retraite, expérience hors du commun… sont des termes que l’on utilise lorsque l’on parle d’un jeûne en randonnée. Il y a le côté « désintoxe », purement physique, auquel nous nous attendons lors d’un jeûne. Il y a également un bien-être et une légèreté qui s’installera au cours de la semaine.  Tout au long du séjour la marche est omniprésente et en deuxième partie de journée il y a de nombreux moments où l’on se retrouve avec soi-même. Certains centres vous proposeront des séances de méditation ou de yoga l’après-midi. Le but étant de recentrer autant son corps que son esprit et de remettre les pendules à zéro.  Renseignez-vous donc sur les activités qui peuvent vous être proposées lors de votre séjour.

 

4. Se préparer au retour

Le retour est souvent redouté. Pendant une semaine vous n’aurez manger que du bouillon de légumes et bu des tisanes. Pour profiter de votre tout nouvel organisme, nettoyé, il faudra alors réintroduire petit à petit les aliments. Démarrez votre « retour à la normale » avec des légumes et fruits les trois premiers jours puis céréales, viandes, produits laitiers … (alcool et café en dernier)

 

 

En résumé, faire un jeûne lors d’une randonnée de plusieurs jours se prépare. Afin de ne pas sentir les effets secondaires type mots de tête, c’est une semaine avant le départ qu’il faut commencer à préparer son corps et surtout son estomac. Trouver un centre parmi ceux qui sont agréés à la FFJR et au retour reprenez lentement vos habitudes pour ne pas bouleverser votre organisme.

 

D’autres articles qui peuvent vous intéresser :

Préparer une randonnée de plusieurs jours

Bien préparer ses pieds pour un trek

La randonnée, atout minceur et bien-être

Related posts