Scroll to top

Soigner ses ampoules


No comments

Une phlyctène : c’est le nom scientifique de l’ampoule. On les appelle aussi cloques ou cloches, ces lésions de la peau qui surviennent fréquemment lors de longues randonnées. Elles apparaissent le plus souvent sur la face postérieure des talons, sur le bord interne du gros orteil et sur les coussinets sous l’avant-pied. Ce sont les frottements rapides et répétés avec les chaussures qui provoquent une brûlure, avec pour conséquence un décollement de l’épiderme (couche superficielle de la peau). Si certains défendent l’idée que le liquide préserve du risque d’infection, nous penchons pour une intervention en douceur pour éliminer facilement les ampoules de petite taille. Notre méthode par étapes.

 

1- Percer votre ampoule

Nous prônons effectivement le perçage si la taille et la localisation de l’ampoule le permettent. Pour cela, il faut respecter un principe d’hygiène de base, à savoir l’utilisation d’une aiguille propre et stérilisée, avec de l’eau bouillante ou un briquet. Vous veillerez à vider la poche de son liquide sans déchirer, ni enlever la partie de peau décollée. On peut aussi laisser dans l’ampoule percée un fil passé à l’alcool pendant quelques heures.

 

2- Désinfecter votre ampoule

Une fois l’ampoule percée, vous pouvez la désinfecter en appliquant un produit antiseptique, de type éosine, Bétadine. Si vous souhaitez utiliser des remèdes de grand-mère, vous pouvez utiliser de l’extrait de pépin de pamplemousse, un antimicrobien naturel. L’huile essentielle d’arbre à thé, ou tea tree, est aussi un antiseptique très efficace en application locale.

 

3- Assécher et faire cicatriser votre ampoule

Une très bonne recette naturelle réside dans l’argile verte que l’on trouve facilement dans le commerce, en tube et prête-à-l ’emploi. En cataplasme, elle favorise la guérison des ampoules. Pour cela, il faut recouvrir la lésion d’une couche épaisse d’argile, d’une compresse et d’un pansement. Vous pouvez renouveler l’opération matin et soir. En plus d‘être antiseptique et cicatrisante, l’agile verte est anti-inflammatoire et regénérante. Une alliée parfaite !

 

4- Les autres méthodes naturelles

L’aloe vera possède des propriétés similaires à l’argile verte et a l’avantage de pénétrer très rapidement dans la peau. On l’achète en gel dans les enseignes bio, pour l’utiliser en cataplasme. Si vous en avez un en pot, vous pouvez prélever une branche, et extraire le gel vous-même, le tout étant à conserver au frigo (ce gel fait aussi des merveilles en cas de coups de soleil !) Les bains de pieds au bicarbonate de soude font aussi des petits miracles sur les ampoules. Notre recette : quatre cuillères à faire bouillir dans de l’eau et on patiente pour tremper ses pieds durant un quart d’heure dans le mélange devenu tiède.

 

5- Protéger votre ampoule

Si vous n’avez pas la possibilité de faire des cataplasmes ou des bains de pieds, vous devrez protéger votre ampoule durant quelques jours, a fortiori si c’est pendant un trek de plusieurs jours. Certains pansements adaptés protègent efficacement les ampoules des nouvelles frictions. Les hydrocolloïdes, par exemple, forment un gel au contact de la lésion. Ils sont à la fois protecteurs et favorables à la cicatrisation. Ainsi, en quelques jours, les ampoules ne sont plus que de l’histoire ancienne.

 

Plus faciles à éliminer que les cors, qui nécessitent l’intervention de spécialistes, les ampoules peuvent toutefois constituer un réel handicap, notamment en fin de journée si vous n’êtes pas en mesure de les percer. L’idéal est donc de les éviter ! Pour cela, vous éviterez absolument de porter des chaussures neuves pour vous lancer dans un trek. Et vous privilégierez les chaussettes techniques. Vous pourrez aussi préparer vos pieds en les hydratant avec des soins adaptés avant d’attaquer votre randonnée. Sachez quand même que sur le bivouac du trek féminin Rose trip, une équipe de podologues sera aux petits soins pour vous permettre de commencer chaque journée armée de nouveaux pieds !

 

Related posts