Scroll to top
Please assign a menu to the primary menu location

Une entrée en matière très studieuse

#Résumés du Jour

Une entrée en matière très studieuse

Ce jeudi, les Roses Trekkeuses ont rejoint le bivouac de Merzouga pour écrire l’histoire de cette deuxième édition du Rose Trip Maroc. En guise de préambule, les vérifications techniques et médicales se sont étalées durant l’après-midi sous un soleil de plomb. Une fois ces formalités validées, les participantes ont pris possession des lieux dans une ambiance chaleureuse… mais particulièrement studieuse !

 

A partir de midi, par vagues roses, elles ont commencé à donner vie au bivouac quelque peu endormi. A l’issue d’un long périple, les Canadiennes ont ouvert le bal, accueillies par des musiciens du cru, à la sortie des bus. C’est dans cette ambiance chaleureuse que toutes ont découvert la bulle dans laquelle elles passeront leurs prochaines soirées… Tentes berbères, tissages colorés, tapis, poufs et paniers en osiers, le décor était bien planté, et elles n’ont eu aucun mal à se l’approprier…

 

 

Les vérifs…

 

Dès leur arrivée, après leur installation en tente et un déjeuner rapide, les participantes ont été invitées à faire le tour des stands de vérifications. Cette étape importante consiste en la validation des équipements obligatoires pour un trek en toute sécurité. Côté technique, elles doivent notamment disposer d’un sifflet, d’une couverture de survie et de crème solaire (c’est confirmé, il va faire chaud…). Evidemment, la liste des outils indispensables compte aussi l’indispensable boussole et, cette année, le rapporteur topographique. Au stand 2, il était question de balise de géolocalisation, de Tripy (le compteur de distances) et de règlement sportif. Puis, l’équipe médicale recevait à son tour les Roses Trekkeuses pour vérifier la trousse et les certificats médicaux. Enfin, les membres de l’association Enfants du désert étaient sur le bivouac pour présenter leurs actions au Maroc. Après un dernier passage auprès des photographes de FlashSport, les concurrentes ont pu récupérer leurs dossards et vaquer à leurs occupations…

 

 

Et au boulot !

 

Si certaines ont préféré découvrir les environs et profiter du panorama jusqu’au superbe coucher de soleil, d’autres, à peine installées, se sont immédiatement mises à l’ouvrage. L’espace de restauration s’est ainsi transformé en laboratoire de navigation, envahi par les cartes, les carnets de note, les crayons (ultra aiguisés, on n’est pas là pour rigoler !) et les rapporteurs topographiques. Contrairement à l’an dernier (les concurrentes s’appuyaient sur un road book), cette année, elles doivent calculer les distances à parcourir entre les balises et définir les caps à prendre. Un travail de fourmis qui a duré jusqu’à la nuit…

Entre-temps Jean-Jacques et les équipes de Désertours ont donné le premier briefing de l’aventure, rappelant aux compétitrices les consignes essentielles relatives à la course et au classement. Enfin, les deux marraines de l’édition, à savoir Charlotte Namura, présente pour la deuxième année consécutive, et Valérie Roberts, porte-parole des équipes canadiennes sont montées sur la scène pour encourager les filles. Spiritualité pour l’une, plaisir pour l’autre, elles ont parfaitement résumé, à elles deux, l’état d’esprit singulier qui règne sur le Rose Trip.

Site Officiel
Réservez votre place pour 2020

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

Facebook

Derniers Tweets

Découvrez le Rose Trip Sénégal

Nos partenaires

Site Officiel
Réservez votre place pour 2020